Livres autour de l'oeuvre d'Ernst Jünger

Cabane Dans La Vigne, La
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Le Livre de Poche
Pages: 305
Quatrième de couverture: D'un côté, la floraison des lis et des narcisses blancs, le chant du coucou aux premières lueurs du jour, une vie paisible, ordonnée, sans surprise. De l'autre, une armée d'ombres en marche, le cortège des survivants au visage parcheminé libérés du camp de concentration de Bergen-Belsen.
D'un côté, les paysans qui reprennent le chemin des champs. De l'autre, le bruit fracassant des blindés américains, des camions et des pièces d'artillerie.
D'un côté, l'ombre fraîche du grand marronnier, les chats occupés à jouer, la maison d'Ernst Jünger. De l'autre, des spectacles d'horreur que le monde découvre avec incrédulité après la chute du IIIe Reich hitlérien...
Ni indifférent, ni insensible, ni lointain, Jünger observe, écoute, note ce qu'il voit, ce qu'il entend. Car il y a quelque chose en lui du naturaliste et du moraliste.
Carnet de Guerre 1914-1918
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Christian Bourgois
Pages: 570
Quatrième de couverture: Les Carnets de guerre 1914-1918 constituent la face cachée d'Orages d'acier, qui, pour André Gide, était "incontestablement le plus beau livre de guerre" qu'il ait jamais lu. Ecrits directement dans le feu de l'action, ces quinze petits carnets d'écolier nous révèlent la matière brute sur laquelle Jünger se livra, une fois la paix revenue, à un savant travail de réécriture. Fort peu de témoins sont restés autant d'années que lui en première ligne des combats, sans jamais cesser de prendre des notes d'une acuité stupéfiante. Sept fois blessé, Jünger a pu relater avec une objectivité volontairement glaciale les souffrances du fantassin. Ce témoignage sans fard d'un engagé volontaire de dix-neuf ans ne cache rien des horreurs de la guerre. Mais il ne dissimule pas non plus l'enthousiasme de départ, la joie de se battre et le délire meurtrier qui s'empare des hommes au moment de l'assaut. D'où l'incontestable intérêt historique et documentaire de ces carnets qui révèlent également des aspects inconnus de la personnalité complexe d'Ernst Jünger.
Chasses Subtiles
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Christian Bourgois
Pages: 450
Quatrième de couverture: Les héros de ce livre n'ont rien de célèbre. La drypta bleue et le lymelyxon, la strangalia rouge et le ptynus ne sont pas de nos familiers. Il s'y ajoute que leur taille est très petite, un grain de riz parfois, ce qui n'aide pas à les reconnaître et s'il faut les décrire c'est le diable, car un coléoptère, allez l'imaginer si vous n'êtes pas vous-même un collectionneur. Ecrire alors 450 pages sur le sujet des vesperus, des saphryna et de leurs petits collègues s'apparente à une gageure.
Jünger la soutient. Vous avez beau ne pas distinguer un cicindèle d'un typhée, Jünger vous emporte parmi ces immenses peuplades d'insectes comme on découvre une Amazone. Subtiles, ces chasses ne sont pas frivoles. A décrire les "chinoiseries" de corne, de jade et d'agate, les carapaces d'or et de charbon, les ailes de verre et la fragilité des antennes, Jünger ne cède jamais au plaisir de la prouesse littéraire. Son dessein est plus orgueilleux. Il l'énonçait déjà dans le Coeur aventureux : "Lorsqu'on observe un coin du réel, comme ici les guêpes, on acquiert en même temps la connaissance d'autres objets cachés, tel le chasseur à l'affût ou le guerrier aux avant-postes." Cette phrase, écrite il y a vingt-cinq ans, contient toutes les Chasses subtiles.
Contemplateur Solitaire, Le
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Grasset
Pages: 409
Quatrième de couverture: Ces essais écrits entre 1928 et 1975 s'ouvrent sur La Lettre de Sicile au bonhomme de la Lune, probablement le seul texte où Jünger définisse aussi précisément sa méthode de vision double des objets et du monde, les apparences et les connexions occultes à déchiffrer.
Méthode à l'oeuvre dans tout ce recueil, qui regroupe aussi bien des réflexions sur les rapports du langage et de l'anatomie, des notes sur la peinture, que des récits de séjours au Portugal, en Sardaigne, à Antibes, où l'auteur découvre les tendances fondamentales de l'art occidental, marche sur les traces des survivances antiques, entre l'émerveillement du passé et le présent qui l'amuse. Une introduction idéale à l'oeuvre, immense, de Jünger.
Entretiens Avec Ernst Jünger
Auteur: Hervier, Julien
Éditeur: Gallimard
Pages: 161
Quatrième de couverture: Ernst Jünger, est un des rares auteurs à embrasser d'un regard lucide l'histoire de ce siècle, de la guerre de 1914 à 1998.
Témoin privilégié d'une des périodes les plus troublées de l'histoire, il a ses recours secrets pour braver toutes les tyrannies, fût-ce celle d'Hitler, et sauvegarder sa dignité d'homme sans prôner pour autant la solution radicale du martyre. Quand à ceux qui connaissent moins bien l'auteur de "Sur les falaises de marbres", ces libres propos constitueront pour eux la meilleure introduction à son oeuvre.
Ces entretiens le montrent aussi attentif aux menaces de conflit nucléaire qu'à l'évolution de la mesure du temps, au développement de la pollution qu'à l'aisance miraculeuse des voyages planétaires. Ernst Jünger sait imprimer à sa pensée un accent simple et familier qui ne lui enlève rien de sa vigueur. A chacun, en tout cas, il propose une leçon de sagesse optimiste dont se portent garants quatre-vingt-dix ans d'une vie réussie.
Ernst Jünger
Auteur: Collectif
Éditeur: L'âge D'homme - Les Dossiers H
Pages: 592
Quatrième de couverture: Ernst Jünger (1895-1998) est un méconnu illustre. En France tout particuliè­rement, où quelques idées reçues, images réductrices et anecdotes ressassées, tien­nent lieu le plus souvent de connaissance de son œuvre. Or celle-ci est d'une ampleur peut-être sans équivalent dans l'histoire littéraire, non tant par l'excep­tionnelle longévité de son auteur que par sa variété, sa profondeur et sa cohé­rence.
Jünger a traversé tous les orages de son siècle en restant fidèle à sa devise : "Je mûris dans les tempêtes". Tour à tour et ensemble écrivain soucieux de sa langue, essayiste, diariste, romancier et poète ; métaphysicien et mythologue ; savant entomologiste et botaniste, "chasseur subtil" et grand voyageur, explora­teur des rêves aussi bien que des contrées périlleuses ouvertes par la drogue, son infatigable curiosité ne cesse de reculer l'horizon et d'ouvrir des perspectives nou­velles.
A l'orée de ee XXI' siècle qu'il décrivait comme un "intérim" entre la toute-puissance des Titans et le retour espéré des Dieux, il est temps que l'on com­mence à prendre la mesure de la fécondité spirituelle de cette méditation, sans fin poursuivie et pourtant une à travers tant de formes diverses.
Ernst Jünger
Auteur: Palmier, Jean-Michel
Éditeur: Hachette
Pages: 236
Quatrième de couverture: Le 24 juin 1940, il fête au champagne l'annonce de l'armistice et range les leptinoptarsa, capturés dans les "jardins sauvages de l'Essômes". Les seuls prisonniers qu'il fit, au cours de cette campagne de France, c'est cette poignée de doryphores.
Ernst Jünger : Un Autre Destin Européen
Auteur: Venner, Dominique
Éditeur: Editions Du Rocher
Pages: 234
Quatrième de couverture: Très jeune héros de la Grande Guerre, nationaliste opposé à Hitler, ami de la France, Ernst Jünger (1895-1997) fut le plus grand écrivain allemand de son temps.
Mais ce n'est pas rendre service à l'auteur d'Orages d'acier que de le ranger dans la catégorie des bien-pensants. Il n'a cessé au contraire de distiller un alcool beaucoup trop fort pour les gosiers fragiles. C'est ce Jünger, dangereux pour le confort, que restitue Dominique Venner. Il y replace l'itinéraire de l'écrivain dans sa vérité au coeur des époques successives qu'il a traversées. Belliciste dans sa jeunesse, admirateur d'Hitler à ses débuts, puis opposant irréductible, subsiste en lui le jeune officier héroïque des troupes d'assaut qui chanta La Guerre notre mère, et l'intellectuel phare de la révolution conservatrice. Mais il fut aussi le guerrier apaisé qui tirait gloire d'avoir donné son nom à un papillon.
Dans cette biographie critique, Dominique Venner montre qu'aux pires moments du siècle Jünger s'est toujours distingué par sa noblesse. En cela il incarne un modèle. Dans ses écrits, il a tracé les lignes d'un autre destin européen, enraciné dans les origines et affranchi de ce qui l'opprime et le nie.
Ernst Jünger Aux Faces Multiples
Auteur: Banine
Éditeur: L'âge D'homme
Pages: 216
Quatrième de couverture: "Il ne faut parler que des gens que l'on aime" dit Banine. Et son "Ernst Jünger aux face multiples" est le livre d'une amitié jamais démentie durant plus de quarante ans.
Si Banine connaît très tôt Jünger-écrivain, elle rencontre l’homme à Paris, pendant l’occupation. Elle verra donc successivement le triomphe de l’Etat qu’il sert en tant qu’officier, sa défaite et sa chute. Invariablement, elle restera fidèle à l’ami découvert en des circonstances qu’elle eût souhaitées autres. Aucune facette ne manque au portrait brossé par Banine. A l’extrême sensibilité de Jünger, à sa retenue attentive, répondent la vivacité et la tendre ironie de Banine, en un dialogue de plusieurs décennies.
Ernst Jünger, Récits D'un Passeur de Siècle
Auteur: de Towarnicki, Frédéric
Éditeur: Editions Du Rocher
Pages: 170
Quatrième de couverture: De Guillaume II à la République de Weimar, de la montée du nazisme à la chute du mur de Berlin, le regard d'Ernst Jünger a embrassé le siècle. Ulysse infatigable, chasseur de cicindèles, collectionneur de sabliers, il a erré sur les cinq continents. La France était pour lui une seconde patrie.
L'auteur d'Orages d'acier et de Sur les Falaises de marbre, ancien légionnaire à Sidi Bel Abbés en 1913, chef de commando sur la Somme en 1917, fut le témoin des années d'occupation à Paris et l'ami des conjurés du complot contre Hitler en juillet 1944.
Jünger perçut, l'un des premiers, l'ampleur planétaire du déploiement de la technique et les traits avant-coureurs du nihilisme européen. Dans la ligne de Schopenhauer, de Nietzsche, de Spengler et dans les parages de Hölderlin, ses prévisions se sont risquées jusqu'au coeur du XXe siècle - celui des Titans et de la technique - et même du XXIe où il entrevoit la promesse d'un retour à la spiritualité.
Traducteur de son journal de guerre et d'occupation, Frédéric de Towarnicki trace ici le portrait et rassemble les propos de celui en qui Julien Gracq, Jorge Luis Borges, Mircea Eliade et Martin Heidegger ont vu l'un des grands écrivains visionnaires de ce temps.
Ernst Jünger: Dans Les Tempêtes Du Siècle
Auteur: Hervier, Julien
Éditeur: Fayard
Pages: 500
Quatrième de couverture: Témoin exceptionnel du XXe siècle, mort à cent deux ans, Ernst Jünger a vécu en Allemagne sous quatre régimes politiques et participé à deux conflits mondiaux. Héros de la Grande Guerre, d’un nationalisme agressif après la défaite allemande à laquelle il ne se résigne pas, il fait l’éloge du progrès technique et de la mobilisation totale dans les années trente ; mais il refuse sans ambiguïté les avances du régime nazi, avant d’adopter dans la seconde moitié de sa vie une position écologique aussi radicale qu’indifférente aux clivages politiques. Passionnément controversé en Allemagne où il a autant d’adversaires résolus que de partisans enthousiastes, il ne saurait laisser personne indifférent.
Avant tout, il est dominé par sa passion de la langue ; depuis ses premiers balbutiements littéraires en 1909, il n’a jamais cessé d’écrire, jusqu’aux dernières lignes de son journal en 1996. Grand lecteur de Bloy, de Malraux et de tant d’autres, il a suscité l’admiration de Gide ou de Borges, croisé Braque et Picasso, et incarné la réconciliation franco-allemande aux côtés de Kohl et de Mitterrand. La biographie de Julien Hervier est la première à répondre avec une précision éclairante à la curiosité qu’il suscite auprès du public français.
Eumeswil
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Folio
Pages: 535
Quatrième de couverture: L'Etat universel s'est déjà réalisé et disloqué en un archipel de petits Etats : Eumeswil est l'un deux, dirigé par un dictateur, le Condor, du haut de la Casbah qui domine la cité.
Le Condor méprise les braves démocrates d'Eumeswil, leurs réunions qu'ils croient secrètes, leurs bavardages inefficaces. Martin, alias Manuelo Venator, un historien, jeune chargé de cours à l'université, travaille toutes les nuits comme Steward à la Casbah : il devient aussi le contemplateur privilégie des puissants, admis dans la zone interdite. Lui aussi dédaigne les amis du peuple, les opposants, plus ou moins manipulés par la police : c'est l'homme de la réserve, de l'hivernage, du "recours aux forêts" qui se dit non anarchiste étant à l'anarque, selon l'auteur, ce que le monarchiste est au monarque.
Roman du détachement et de la lucidité, Eumeswil pourrait être considéré comme le Second Faust d'Ernst Jünger.
Fascisme & Littérature Pure
Auteur: Vanoosthuyse, Michel
Éditeur: Agone
Pages: 336
Quatrième de couverture: Sans doute ne saurait-on reprocher, a priori, à un auteur d’avoir évolué en cours de route et d’avoir troqué l’ivresse guerrière de ses débuts contre les jouissances intenses qui lui procurent la contemplation d’une fleur ou la chasse aux papillons. Des ruptures avec le nationalisme des débuts, l’histoire de la littérature allemande n’offre-t-elle pas bien d’autres exemples ? Le parcours d’Ernst Jünger(1895–1998), du guerrier et publiciste de combat au sage contemplatif cultivant la Muse, a pour lui les apparences. Mais la question qui se pose est celle des limites de cette métamorphose et de l’intérêt que l’auteur et ses hagiographes ont au contraire à la mettre en avant.

L’idée du livre est née de l’étonnement devant ce qui semble être devenu l’évidence d’une honorabilité politique et d’une qualité littéraire de premier plan.
Celui qui défilait rue de Rivoli à la tête de sa compagnie et fréquentait le Tout-Paris des collaborateurs a fini par être presque unanimement reconnu comme un intellectuel allemand antinazi qui aurait lucidement dénoncé "les dangers de la vision totalitaire du national-socialisme". Il ne s’agira pas ici de relater l’histoire de la réception de Jünger, mais de se demander comment et à quelle fin son image a été rendue acceptable, et ce que recouvre l’entrée d’un auteur à passé fasciste dans la littérature "pure".
Héliopolis
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Le Livre de Poche
Pages: 413
Quatrième de couverture: Une ville imaginaire, au bord de la mer, au-delà des Hespérides... Ville moderne où toutes les merveilles de la technique sont rassemblées et où s'affrontent aristocrates et démocrates.
Jardins Et Routes
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Le Livre de Poche
Pages: 285
Quatrième de couverture: Jardins et routes : ce titre paisible surprendra, s'appliquant à un journal de la "drôle de guerre" et de la campagne de France, de septembre 1939 à juillet 1940.
C'est que l'auteur, glorieux soldat de la guerre précédente, thème du célèbre "Orages d'acier", a, selon sa devise, "mûri dans les tempêtes", et que ce quadragénaire s'intéresse, non à la technique de la destruction ni à la recherche de la supériorité, mais à ce qui survit après toutes les batailles : le fleuve, les roseaux, les rigueurs intemporelles d'un hiver presque semblable aux autres ; le calme des vastes plaines françaises et la splendeur des jardins, à peine troublés par l'agitation et le passage des guerriers et des fugitifs ; les témoignages d'une très ancienne civilisation, qui a connu bien d'autres épreuves et en connaîtra peut-être encore.
Jeux Africains
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Folio
Pages: 245
Quatrième de couverture: Un jeune Allemand du début du siècle rêve du Nil et du Congo. Il quitte sa famille et son école et passe la frontière française, avec l'idée de s'engager dans la Légion étrangère. Sa fugue, qui le conduit à Metz, Verdun, Marseille, Oran, Sidi-bel-Abbès, est un apprentissage de la vie, que la jeunesse du héros empêche de prendre trop au sérieux. Et malgré la rudesse des lieux et des hommes, toute cette aventure est nimbée d'humour et de tendresse.
Journaux de Guerre : Tome 1 - 1914-1918
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Gallimard
Pages: 870
Quatrième de couverture: TOME I : 1914-1918 : Orages d'acier - Le Boqueteau 125 - Feu et sang - La Déclaration de guerre de 1914. Autres écrits sur la Première Guerre mondiale : Le Combat comme expérience intérieure - Sturm - Feu et mouvement.
Journaux de Guerre : Tome 2 - 1939-1948
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Gallimard
Pages: 1373
Quatrième de couverture: TOME II : 1939-1948 : Avant-propos de « Rayonnements » - Jardins et routes - Premier journal parisien - Notes du Caucase - Second journal parisien - Feuillets de Kirchhorst - La Cabane dans la vigne.
Orages D'acier
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Le Livre de Poche
Pages: 380
Quatrième de couverture: "Le grand moment était venu. Le barrage roulant s'approchait des premières tranchées. Nous nous mîmes en marche... Ma main droite étreignait la crosse de mon pistolet et la main gauche une badine de bambou. Je portais encore, bien que j'eusse très chaud, ma longue capote et, comme je prescrivais le règlement, des gants. Quand nous avançâmes, une fureur guerrière s'empara de nous, comme si, de très loin, se déversait en nous la force de l'assaut.
Elle arrivait avec tant de vigueur qu'un sentiment de bonheur, de sérénité me saisit. L'immense volonté de destruction qui pesait sur ce champ de mort se concentrait dans les cerveaux, les plongeant dans une brume rouge ; Sanglotant, balbutiant, nous nous lancions des phrases sans suite, et un spectateur non prévenu aurait peut-être imaginé que nous succombions sous l'excès de bonheur".
Paix, La
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: La Table Ronde
Pages: 161
Quatrième de couverture: La Paix: Un livre historique à plusieurs titres. "Lorsqu'au cours de l'hiver 1941, à l'Hotêl Majestic, c'est à dire dans le ventre du Léviathan, je traçai sur une feuille blanche ce mot: La Paix, j'eus le sentiment de m'engager dans une entreprise plus considérable que tous les faits de guerre auxquels j'avais participé jusqu'alors depuis 1914".
Dans cet essai dédié à "la jeunesse d'Europe et à la jeunesse du monde", Jünger, le combattant héroïque de la Première Guerre mondiale, aspire à un monde réconcilié. "Les fruits de la guerre doivent être universels". Terrifié par une montée du nihilisme, il en appelle aux valeurs spirituelles. On retrouve dans ce livre les thèmes fondateurs de son oeuvre: l'exil intérieur, le recours aux forêts contre le progrès, l'excellence humaine contre la perfection technique.
Ce livre peut être également considéré comme une contribution théorique à l'attentat manqué en 1944 contre Hitler. La plupart des auteurs du complot trouvèrent la mort; Jünger fut l'un des rares à y échapper.
Portrait D'Ernst Jünger
Auteur: Banine
Éditeur: La Table Ronde
Pages: 265
Quatrième de couverture: "L'écrivain, dont voici un portrait qui ne peut prétendre être complet, aura été une sorte de monument dans ma vie" écrit Banine. Un monument aux multiples faces.
L'auteur a connu Jünger à Paris en 1943, en occupant. Elle devait le retrouver en 1947, en Allemagne mais cette fois en "occupé".
Dans ce portrait que nous donne Banine, le lecteur pourra découvrir l'image attachante de l'un de ces veilleurs solitaires et attentifs à préserver l'héritage d'un humanisme chaque jour plus étroitement cerné par les forces de la nuit.
Premier Journal Parisien
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Christian Bourgois
Pages: 319
Quatrième de couverture: Tandis qu'on arrête et déporte les Juifs et que les Parisiens ordinaires se débattent contre le froid, la famine, la misère et les brimades des occupants, la haute collaboration célèbre dans le VIIe ou le XVe arrondissement ses fêtes éphémères. La partie centrale du Journal d'Ernst Jünger, presque entièrement consacrée au Paris de l'Occupation nous fait connaître des milieux très insulaires et très fermés.
Jünger fréquente l'état-major de Heinrich von Stülpnagel au Majestic, foyer d'une fronde courageuse et sans espoir, d'où partit la seule tentative, en pays occupé, de prise de pouvoir par l'armée, contre la S.S. et le Parti ; mais aussi les lieux de plaisir parisiens, des boîtes de nuit aux premières de Cocteau ; et surtout les salons littéraires, esthètes et politiques des "collaborateurs" de haute volée.
Rencontres Avec Ernst Jünger
Auteur: Banine
Éditeur: Julliard
Pages: 156
Quatrième de couverture: "Jardins et routes" est le seul livre qu'un officier de l'armée d'occupation ait publié en France pendant le guerre. Cependant ce livre n'a pas blessé les Français. Les plus sévères lui trouvaient parfois un ton un peu irritant. Arriver en conquérant dans un pays vaincu et présenter cette intrusion comme une promenade à travers les jardins et le long des routes pouvait paraître sacrilège. Mais, vaincu, Jünger reste en tous points semblable à lui-même: Il suffit, pour s'en convaincre, de lire son "Journal" ou il nous raconte cette fois comment il a quitté le pays qu'il aimait.
Banine relate ici ses rencontres avec, comme elle le dit dans sa préface, "un homme et un écrivain exceptionnel". Ces rencontres débutent en 1943 et Jünger, alors, porte l'uniforme. Elles se terminent à Tübingen, après la défaite. Mais les fluctuations de l'histoire ne changent pas les relations entre les hommes libres.
Rivarol Et Autres Essais
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Grasset
Pages: 270
Quatrième de couverture: Pour Ernst Jünger, Rivarol, le moraliste es Maximes, l'avocat tranchant de la monarchie contre la Révolution, progressa toujours "sur la ligne de la saine raison humaine, en renonçant aux hors-d'oeuvre mystiques".
Sa pensée filtre "dans les idées conservatrices ce qui mérite d'être préservé, et ce qu'elles on de superflu et de nuisible". Aux barbaries qui menacent aujourd'hui, Jünger, dans les traces d'un génie de la langue française qu'il a lui-même traduit en allemand, oppose la raison comme instrument de résistance, de libération. La suite du recueil rassemble une étude sur l'amiral Nelson, un échange avec Heidegger, des propos sur la bibliophilie, l'entomologie...
Plus singulier encore de la part de Jünger ; deux discours rivalisant d'amour et de complicité intellectuelle dédiés à son frère, le poète Friedrich George Jünger, complètent ce puissant kaléidoscope.
Second Journal Parisien
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Le Livre de Poche
Pages: 442
Quatrième de couverture: Troisième volet d'une chronique commencée en avril 1939 sous le titre "Jardins et Routes", le journal parisien d'Ernst Jünger s'achève en avril 1945 après que l'auteur, de retour en Allemagne, ait retrouvé sa femme, son village, ses souvenirs et son fils qui mourra peu après tué d'une balle dans la tête, en Italie, à l'âge de dix-huit ans. C'est la fin de la guerre, à Kirschorst comme ailleurs. On entend le grondement assourdissant des blindés américains.
Mais l'ensemble du Journal de Jünger se situe à Paris. Officier affecté à l'état-major, Jünger décrit au jour le jour, et sous une apparente réserve, les évènements dont il est le témoin. Se multiplient les rencontres littéraires ou artistiques, les bouleversements, les tragédies, les remous de l'histoire, les émotions fugitives. Ces journées reflètent aussi bien sa passion pour les fleurs, les insectes ou les livres rares que sa honte à porter l'uniforme allemand quand il croise une fille à l'étoile jaune... Toujours et partout, Jünger poursuit son oeuvre comme une prodigieuse hésitation entre les points de vue philosophique, esthétique et humain.
Soixante-Dix S'efface : Tome 1
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Gallimard
Pages: 533
Quatrième de couverture: "Mûri dans les tempêtes", comme le dit sa devise, le vieux Merlin des lettres allemandes s'apaise et se décante, comme le vin, mais, paradoxalement, dans les voyages, et non le repos.
Ce journal, commencé le jour de son soixante-dixième anniversaire, et qui s'étend jusqu'à la fin de 1970, confirme la vue de Goethe selon laquelle les natures géniales rajeunissent périodiquement : Jünger se renouvelle à travers une série de voyages initiatiques, plutôt que touristiques, au terme desquels il découvre, avec un aspect nouveau de cette Nature qu'il appelle la Grande Mère, une face encore inconnue de son moi propre : tout voyage étant pour lui un ad se ipsum, une "voie vers lui-même".
Soixante-Dix S'efface : Tome 2
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Gallimard
Pages: 587
Quatrième de couverture: Le nouveau volume de Soixante-dix s'efface apporte, dans la série des journaux d'Ernst Jünger, un ton et des thèmes tout autres que ceux des précédents. A un âge qu'atteignent peu de créateurs, de soixante-seize à quatre-vingt-cinq ans, Jünger poursuit ses voyages autour de lui-même et du monde.
Soixante-Dix S'efface : Tome 3
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Gallimard
Pages: 579
Quatrième de couverture: S'il existait une "école du regard", Ernst Jünger en serait le maître.
Mais c'est déjà trop dire, car rien n'est plus étranger à sa nature que de légiférer ou de se poser en modèle littéraire. La seule société d'initiés dont il se réclame est celle, limitée et subtile, des entomologistes. Pour le reste, ce qui domine chez lui en cette oeuvre tardive, c'est l'ouverture du monde, aux cultures, aux êtres et aux livres. La richesse de sa méditation n'est pas moins grande que lorsqu'elle était portée par l'expérience de la guerre et des grandes catastrophes historiques.
L'explosion de la nature printanière, une promenade à Venise, la lettre d'un ami suffisent à la nourrir. Eros et Thanatos sont toujours présents ; mais à travers l'écriture transparente du grand âge, la mort s'est comme apprivoisée. Défiant le temps qui s'écoule de plus en plus vite, le journal affirme jour après jour la permanence créatrice du geste de l'écrivain.
Soixante-Dix S'efface : Tome 4
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Gallimard
Pages: 510
Quatrième de couverture: La dévotion vivante à la culture, l’approche apaisée du grand passage, l’immédiate présence du monde visible dans sa transparence énigmatique constituent la trame chatoyante de ce journal du grand âge. Mais on n’oubliera pas les longs voyages : à l’île Maurice ou en Malaisie pour revoir la comète de Halley, à Bilbao ou dans le Tessin. Et l’écho de la chute du mur de Berlin, ou la réflexion sur son œuvre : de la pensée de la technique dans "Le Travailleur" à celle de la mort dans "Les Ciseaux".
"Soixante-dix s’efface" ou comment transformer la littérature en théodicée…
Soixante-Dix S'efface : Tome 5
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Gallimard
Pages: 240
Quatrième de couverture: Ernst Jünger s'étonnait d'avoir atteint, puis vu s'effacer sa soixante-dixième année, lui qui avait cru mourir à vingt ans sur les champs de bataille de la Grande Guerre. Et pourtant, expérience rare, c'est un écrivain de plus de cent ans qui a tracé les dernières lignes de ce journal. Que peut apporter de nouveau le grand âge à une oeuvre confrontée aux épreuves majeures de ce temps, totalitarismes et guerres mondiales ? Certes, Jünger se réfère encore à un siècle troublé, revenant à l'affaire Céline ou à la mystérieuse "lettre Freisler", d'authenticité douteuse, où l'on voyait un haut magistrat nazi faire peser sur lui, jusque dans les derniers temps du régime, de graves menaces.
Mais l'histoire et la politique reculent à l'arrière-plan, laissant place aux grands cycles cosmiques de la nature et des saisons. Dieux et titans, bêtes et plantes sont les vivants protagonistes d'une action dont les enjeux mettent en cause le bonheur et l'avenir de l'homme. Aux limites incertaines du sommeil et de la veille, le rêve envahit le champ de conscience, brouille les clivages temporels, fait entrevoir obscurément la perspective d'une autre façon d'être au monde.
L'écriture gagne en légèreté, se fait plus spontanément ludique. Beau décret du hasard : ce journal de vieillesse s'interrompt sur une évocation du printemps.
Sur Les Falaises de Marbre
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Gallimard
Pages: 196
Quatrième de couverture: Sur les falaises de marbre fut publié en Allemagne juste avant le début de la guerre. Aussitôt il fut interprété comme une protestation contre l'hitlérisme, et seule la renommée de Jünger le préserva de poursuites.
Ce serait cependant une erreur de considérer ce roman comme une oeuvre de circonstance. Jünger a écrit un des romans romantiques les plus étonnants non seulement de la littérature allemande, mais de toute la littérature mondiale. Un paysage intemporel face à la mer, des figures symboliques, une action qui montre la lutte entre le bien et le mal, la menace toujours présente de la barbarie.
Ce combat permanent, Ernst Jünger l'a élevé au niveau du mythe, grâce à un langage d'une précision hallucinante où rêve et réalité se confondent.
Traité Du Rebelle
Auteur: Jünger, Ernst
Éditeur: Seuil
Pages: 172
Quatrième de couverture: J'ai traduit par "Rebelle", faute d'un équivalent français tout à fait exact, le mot allemand de "Waldgänger", emprunté lui-même à une coutume de l'ancienne Islande. Le proscrit norvégien, dans le haut Moyen Age scandinave, avait recours aux forêts : il s'y réfugiait et y vivait librement, mais pouvait être abattu par quiconque le rencontrait. Il serait aussi facile que vain de citer les "Rebelles" qui, à diverses époques, ont élu la solitude, la misère et le danger, plutôt que de reconnaître une autorité qu'ils tenaient pour illégitime, Robin Hood et ses compagnons, le Grand Ferré, les Camisards, et bien entendu les Résistants de la dernière guerre. Le Partisan est le "Waldgänger" oriental, comme le Maquisard est le Rebelle du Midi.
Tous ces termes eussent fixé l'esprit du lecteur sur une réalité historique, alors que le "Waldgänger" de Jünger est une figure, au sens que notre auteur donne à ce mot : intemporel, de sorte qu'il peut et doit être actualisé à tout moment de l'histoire. Proscrit eût été conforme à la tradition ; mais le proscrit subit passivement son exclusion d'un groupe alors qu'on devient "Waldgänger" par libre choix, par protestation : j'ai donc préféré le terme de "Rebelle".